• Pour fêter l'arrivée de bébé Mac, et parce que je ne voudrais pas me mettre à dos la grande communauté des Maceuses, la même chose, version Pomme.

    Ma vie je la CTRL (sauf là, parce que si je mets "Ma vie je la Pomme" ça veut plus rien dire)

    Mes amis perdus de vue, je les Pomme+F

    Je ne sais pas choisir. Mes envies, je les Pomme+A

    Mes réussites, je les Pomme+C

    Et dans quelques années, je les Pomme+V-rai

    Mes seins, je les Pomme+G

    Mes bons moments, je les Pomme+Y

    Mes rêves, je les Pomme+U

    Mes bonnes résolutions, je les Pomme+P pour les coller sur mon frigo

    Le coeur des hommes de ma vie, je les Pomme+O

    Mes erreurs, je les Pomme+Z

    Et mes plus belles histoires, je les Pomme+S

    Kmille, en mode comment-ça-je-me-suis-pas-foulée-?


    5 commentaires
  • Je ne suis pas du genre mondaine. Ou seulement à mes heures. Imprévisibles malheureusement, mes heures...

    ALors quand on m'invite dans le cadre du boulot à une soirée TRES haut-de-gamme avec des gens TRES haut placés, j'ai des papillons dans le ventre et un début de nausée. (Non ne t'inquiète pas maman je ne suis pas enceinte.)

    Pour être un peu à l'aise, je vais essayer d'être bien dans mes baskets. Sauf que le problème, c'est que c'est pas le genre de soirées à baskets.

    Et l'autre problème c'est que j'ai rien à me mettre en ce moment. Pas le "rien-à-me-mettre" de la fille qui a ses placards bondés de tenues pour toutes les occasions. Le "rien-à-me-mettre" de la fille qui a vraiment rien à se mettre.

    Vous qui êtes belle, élégante et dans le ton en toute circonstance (comment ça je vous mousse), vous vous habilleriez comment ?

    Je compte sur vos lumières, ou je vous tiendrais responsable de ma recalature mon recalage mon recalement si je me fais recaler.
    Et de la perte de mon travail.
    Et du coup de la perte de mon logement parce que je pourrais plus payer mon loyer.
    Et du coup de la perte de mes amis parce que je pourrais plus les recevoir dans mon logement parce que je pourrais plus payer mon loyer parce que j'aurais perdu mon travail.

    Kmille, en mode SOS


    5 commentaires
  • Je m'étais engagée auprès de vous, à travers une semaine de ma petite vie, à tester pour vous la pertinence d'un hororscope.

    Chose promite, chose dute.

    Rappel des faits : "Camille la lune entre en bélier lundi, et avec votre partenaire un froid glacial s'installe entre vous : vous ne supportez plus ses petites manies et sa façon de parler. (...) Mercredi, vous pourriez découvrir une trahison amoureuse de la part de votre partenaire, qui mettra le feu aux poudres et achèvera de vous conforter dans l'idée de vouloir vous séparer."

    Lundi, ce n'est pas que j'ai plus "supporté", c'est que j'ai été triste. Et ce ne sont pas "ses petites manies ni sa façon de parler", c'est son absence quand j'avais besoin de lui. A cause d'un scooter en panne.

    Mercredi, ce n'est pas une "trahison amoureuse" que j'ai découvert, mais une évidence : que notre histoire devait s'arrêter.

    Cette journée ne m'a pas conforté dans l'idée de "vouloir me séparer", mais dans celle de "devoir me séparer".

    Et on s'est séparés.

    J'ai été obligée de saisir au vol la perche qu'il m'avait tendue en créant ma première déception en un an, parce que si on savait tous les deux qu'on devait arrêter, aucun de nous deux n'avait ni le courage, ni l'envie de le faire.

    L'horoscope avait donc raison, à peu de choses près. Peut être juste que la Lune n'entrait pas en Bélier mais en Sagitaire ou en sa mère.

    Peut-être aussi que l'horoscope m'a influencée et que si je ne l'avais pas lu, on en serait pas là.

    Peut-être que notre histoire est finie à cause d'un scooter en panne et d'un horoscope foireux.

    Mais peut-être que dans quelques mois je dirai "merci" au scooter et à l'horoscope...

    Kmille, en mode la-prochaine-fois-je-testerais-plutôt-un-soin-des-pieds...

    PS1 : Vous, amis et famille qui avez déjà (beaucoup) entendu parler de S., don't worry, je ne suis pas au fond du rouleau ni au bout du gouffre, parce que je sais que c'est ce qu'il y avait de mieux à faire.

    PS2 : Vous, amis et famille qui vous décomposez parce que vous n'aviez jamais entendu parler S., ne m'en voulez pas, c'était ma petite histoire à moi... Et je compte sur vous pour honorer ce silence d'un an et faire semblant de ne toujours pas être au courant...


    5 commentaires
  • Kmille, en mode gaga

    6 commentaires
  • J'ai rêvé pendant des mois de boire une bouteille de vin rouge yeux dans les yeux avec mon homme, avec des belles bougies et de la bonne musique (Comment ça je marche au cliché ?).

    J'ai attendu, attendu, ça n'est jamais venu, Laï Laï Laï Laï...

    J'ai fini par ranger ça dans la case des "trucs que je ne pourrais jamais partager avec lui", non sans une bonne dose de frustration de ne pas vivre avec l'homme dont j'étais amoureuse ce moment de complicité. Bah oui quoi, ça ne lui était jamais venu à l'idée, c'était bien la preuve que ce n'était pas important pour lui. Or, c'était important pour moi.

    Et puis un jour, j'ai acheté une bouteille de rouge, des belle bougies et de la bonne musique.

    Il est arrivé, j'ai ouvert la bouteille de rouge, allumé les belles bougies et mis en marche la bonne musique.

    On a bu la bouteille de rouge, avec les belles bougies et la bonne musique.

    Et je me suis dit que j'aurais pu attendre longtemps.

    Que lui n'associait pas forcément la complicité avec un moment comme celui-là. Que j'avais bien fait de lui servir mon désir sur un plateau d'argent car la seule chose qui était douloureuse, c'était l'attente que tout vienne de l'autre.

    Que finalement, l'important n'était pas que ça vienne de lui, mais qu'on vive ce moment.

    Bouteille de rouge, belles bougie et bonne musique, discussion sur cet entretien que vous avez eu et dont il ne semble pas se souvenir, nouvelles de votre amie qui n'allait pas bien et dont il semble avoir oublié l'existence, félicitations pour ce joli livre que vous venez d'éditer et dont il ne semble pas mesurer l'importance à vos yeux, je me dis que la solution consiste peut être à ouvrir la discussion comme une grande, et à se débarasser de la souffrance qu'est l'attente pour ne profiter que du plaisir de vivre ce moment important pour vous.

    Ok, ça serait mieux si c'était venu de lui, et ça serait mieux aussi si il était le plus drôle, le plus beau, le plus riche, le plus affectueux quand vous en avez besoin, et le plus indépendant quand vous en avez besoin, et qu'il vienne vous chercher au travail sur son cheval blanc.

    Mais si le prince charmant existait, ça se saurait, et si ma tante en avait, on l'appellerait mon oncle. 

    Kmille, en mode ma-tante-est-ma-tante-mon-oncle-est-mon-oncle


    4 commentaires