• Traduisez : aujourd'hui est un jour pas comme les autres.

    Lilou, LA Lilou, NOTRE Lilou est parti, s'est barrée, a pris la poudre d'escampette, a déguerpi, a détalé, s'est enfuie, a levé l'ancre, s'est envolée, a décampé, en nous lachant, nous abandonnant, nous laissant déperrir, nous larguant, nous livrant à notre triste sort.

    Tout ça pour aller s'éclater, se marrer, rigoler, se fendre la margoulette, se baigner, se dorer la pilule, se la couler douce, s'envoyer en l'air, se baigner encore, rigoler encore et s'envoyer en l'air encore. Et pour aller travailler aussi accessoirement.

    Messieurs dames qui avait 1500 euros à mettre dans vos vacances d'été, je vous conseille sans hésiter de vous laisser tenter par le Club Med de Napicia. Vous découvrirez une région verte et magique en plein sud de l'Italie, vous goûterez au plaisir des apéritifs jusque tard dans la soirée, nourris aux olives et arrosés au chianti. Vous profiterez d'un soleil radieux et d'une plage paradisiaque, entre bleu du ciel et bleu de l'océan.

    Et si vous vous chopez une insolation, si vous vous faies piquer par un gros frelon, si vous vous faites attaquer par un troupeau de gnous, vous découvrirez un autre plaisir. Celui de vous faire soigner par une ravissante infirmière à poil dans une petite blouse blanche.

    Juste un conseil : évitez de vous mettre en danger dans la soirée, elle sera surement occupée à soigner d'autres maux, ainsi que tôt dans la matinée, elle n'est pas du matin.

    Par contre, si vous avez un coup de blues, envie de parler, envie de vous marrer, envie d'échanger sur des trucs plus ou moins profonds, envie de faire la fête, envie de pleurer dans les bras de quelqun, envie de faire la rencontre d'un concentré de femme et d'amie idéale, vous ne serez pas déçus.

    Je vous envie bande de petits veinards, d'avoir la chance avant le 30 septembre, date de son retour si Marco ou Luigi (ou les deux) ne la retiennent pas, de voir une gonzesse pas comme les autres.

    kmille, en mode Ciao Bella 


    2 commentaires
  • Mais oui vous les connaissez sûrement, ces petites feuilles de gélatine à la menthe, rangées dans un petit étui en plastique.

    Vous posez une feuille sur votre langue, vous avez l'impression en trois secondes d'avoir pris une cuillérée à café de dentifrice (sans eau bien sûr sinon ça serait pas drôle), et votre haleine donne à vos interlocuteurs la certitude que vous venez de brouter un bouquet de menthe.

    Mais Eclipse Flash ne se contente pas de sauver votre haleine. Eclipse Flash vous sauve la vie, en indiquant sur l'étui en plastique de 4cm sur 3, pour 1cm de d'épaisseur : "Ne pas avaler l'emballage".

    Merci Eclipse Flash, heureusement que tu es là. Seulement tu aurais pu dire à ton cousin Mentos d'être aussi prévenant. 12 dragées dans leur étui alu ça fait mal là où ça passe.

    Kmille, en mode étranglée


    2 commentaires
  • Je me targue de détenir avec mes camarades de la gente féminine des secrets imperméables à la gente masculine.

    Mais s'il y a bien UNE question à laquelle je n'ai pas de réponse vous concernant, oui, vous, hommes qui me lisez, c'est celle-ci : qui vous a fait croire un jour qu'aborder une femme en lui disant : "Vous êtes charmante mademoiselle" pouvait être efficace ?

    Ca nous est toutes arrivé au moins une fois : on marche, d'un pas décidé, quand on sent à nos côtés une présence très présente. D'un coup d'oeil furtif à 90°, on aperçoit un homme, le plus souvent en survêtement, doté d'une drôle de démarche.

    Exit la période où le jeune trainait des pieds. Désormais, le jeune rebondit, comme monté sur ressorts, en accompagnant ses pas de mouvements saccadés de l'épaule.

    Le monsieur a un léger mouvement vertical de la tête, pour vous observer une dernière fois, avant de vous lancer le trop fameux : "Et mademoiselle, vous êtes charmante !". (Prononcez "Et mod'mooooozel ! Vous êtes chooormonte")

    Je me dis souvent qu'in jour, un mec a voulu casser le coup de son pote. Et il lui a dit que cette phrase joliment rétro plaisait. Le pote a cru, le pote a dit, le pote a passé le mot. Tout le monde s'y est mis.

    Je compte sur vous, femmes, hommes, et autres. Faites circuler, cette phrase n'a jamais permis à personne de conclure.

    (Si ?)

    Kmille, en mode tout-mais-pas-ça


    11 commentaires
  • Ca y est, je l'ai vu.

    Je ne me suis pas endormie avant 3 heures du mat' et jusqu'à ce qu'il arrive chez moi ce matin, j'avais l'intention de réessayer. Une dernière fois...

    Sauf que quand je l'ai vu, je me suis dit que ça me couterait de réessayer. Je ne sais pas ce que ça me coûterait mais ça me coûterait tout court.

    Du coup je lui ai dit simplement que je ne le sentais pas. Il m'a répondu simplement qu'il comprenait.

    C'est peut être ça la solution finalement, de faire vraiment comme on le sent ou comme on le sent pas. J'ai plus qu'à croiser les doigts et les orteils pour ne pas le regretter dans 1, 5 ou 365 jours.

    Si vous avez des histoires d'ex, vos expériences sont les bienvenues !

    Kmille, en mode soulagée (un peu)


    7 commentaires
  • Et si j'arrêtais de me demander ce qu'IL ressent ? Et si je me demandais ce que JE ressens vraiment.

    On a (enfin "J'ai") souvent la mémoire courte : c'est ça qui nous a perdu, ce besoin que j'avais toujours de savoir où il en était, quitte à oublier de me poser la question.

    Alléluia, j'ai un début de solution au dilemne : je le vois demain, on verra bien ce que ça me fera.

    Kmille, en mode solutions bidons


    1 commentaire